Vous manquez de temps? 10 conseils pour en créer

Le temps. Une denrée rare. Nous sommes tous bousculés par le va-et-vient de la vie.

Entre le boulot, le métro, les enfants, le rendez-vous chez le dentiste, la réunion à animer, le boss à rencontrer, aller porter les enfants à leur activité,  les lunchs à préparer, ramener les enfants à la maison, les devoirs, le rituel du dodo, le ménage, la pelouse à tondre, le linge à laver, à plier, à ranger, les repas à planifier ET à concocter, que nous reste-t-il comme temps libre? Des miettes!

Certaines personnes vont anticiper leur retraite pour jouir de la vie. D’autres vont attendre que les enfants soient assez grands pour s’adonner à leur nouvelle passion, la photo.

Trouver du temps. Mission impossible?

Entre vous et moi, est-il vraiment nécessaire d’attendre le moment idéal? Ne pourrait-on pas le créer et le planifier? Et ainsi se réserver du temps, juste pour soi? Mais si!

Alors, comment y arriver?

Pour avoir du temps à soi, il suffit d’établir nos priorités et se bâtir un plan. Plus facile à dire qu’à faire. Je suis d’accord. Voici quelques idées :

1)      Apportez votre appareil photo partout où vous allez, même à l’épicerie.

[C’est ce que déclare Daphnée Pilote, photographe à temps plein. À défaut d’avoir du temps, elle trimbale son boîtier partout où elle va, pour ne pas rater les bonnes occasions.]

2)      Au travail, écourtez le repas du midi et profitez-en pour vous balader avec votre appareil photo au cou. Le printemps est à nos portes, les bourgeons et les fleurs n’attendent que votre œil photographique.

bourgeon, printemps, branche, bromont,

3)      Votre pause repas est trop courte? Reprenez-vous en soirée, oubliez le téléjournal (les mauvaises nouvelles n’inspirent personne, vous le savez bien) et allez prendre de l’air… avec votre appareil photo.

ciel, minimaliste, photo contemplative, rose, photo

4)      Vous manquez de motivation? Débutez un défi photo et respecte-le.  Le défi 365 – où une photo par jour est exigée – demande une constance régulière. Cependant, cet engagement stimulera votre intention de passer à l’action.

[Nathalie Lauzon a réalisé de superbes photos avec ses défis 365, plusieurs à son actif, qu’elle a magnifiquement rassemblées sous forme de livre. D’ailleurs, cette expérience lui permettra de réaliser un rêve : se faire publier. Effectivement, son livre photo paraîtra aux éditions XXX, au Canada et en Europe, l’automne prochain. Bravo!]

nature, photo, fleur,

5)      Si le défi 365 semble excessif, vous pouvez alléger la pression en choisissant un projet 52 semaines, où une heure par semaine suffit. Cette heure elle est à vous, uniquement, une heure où votre regard peut vagabonder et capturer ce qui vous plaît.

[J’ai réalisé ce genre de défi avec mon amie photographe, Nathalie Lauzon. Pendant 52 semaines, nous avons publié côte à côte nos trouvailles. Du vrai bonheur! Si vous désirez pousser un peu plus loin, tournez la caméra vers vous et entamer un défi autoportrait. Selon Annie Émard, c’est un défi qui te permet d’explorer des aspects encore inconnus de ta personnalité Je  m’inventais des histoires, des personnages, parfois, j’avais l’impression que ce n’était pas moi sur les photos. (rire)]

 anne jutras

6)      Vous n’êtes pas obligé de sortir de la maison ni d’entreprendre de longue excursions si le cœur n’y est pas. On peut dénicher des trésors d’images directement dans son salon. Prenez 15 minutes, avant de démarrer votre journée, et observer la lumière du matin. Regardez autour de vous, observer les détails du quotidien. Avez-vous vu comment la lumière danse sur le plancher? Comme elle est belle! Comment un objet, aussi ordinaire qu’une tasse de café entre vos mains peut refléter un moment divin?  Prenez le temps et observez…

[Pour Véronique Perré, la geste photographique est viscéral. Un besoin. C’est comme peindre ou écrire, l’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous, l’art à l’état pur vient de l’émotion, explique-t-elle. Mais quand le moment s’y prête, Véronique s’engage à fond.]

matin, drap, lumière douce, photo

7)      Vos enfants sont en bas âge? Vous ne disposez pas de temps où vous pouvez être libre? Pourquoi ne pas proposer un échange de gardiennage avec une autre maman? Si vous avez de jeunes enfants, il y a fort à parier pour que vous connaissiez d’autres parents. Convenez d’une date et d’une période de temps durant laquelle vous pourrez vous adonner à la photographie, pendant que les enfants s’amusent ailleurs. Peut-être y a-t-il une maman qui aspire à faire de la photo, tout comme vous, et qui trouvera l’idée géniale.

8)      Les enfants vous suivent partout, pas de gardienne à l’horizon, et vous avez l’impression que le temps vous manque cruellement? Qu’à cela ne tienne! Apportez votre appareil avec vous et photographiez vos activités. Ce ne sont pas les occasions qui manquent!

[Maman est le rôle idéal pour commencer, déclare Céline Lavoie. Des enfants à photographier … quoi de mieux. Quand tu es maman, dit-elle, tu fais plein de sorties ou d’activités que tu ne ferais pas nécessairement en couple. Tu traines ta camera et tu cliques!]

 

9)      Impliquez vos adolescents dans vos sorties et faites-les collaborer. Partez à deux (ou plus) et amusez-vous à trouver des sujets à photographier. Donnez-vous un thème, les autos rouges, les formes répétitives, les chiens, les vélos, etc. Lorsque vous revenez à la maison, comparez vos photos. Vous serez étonné des résultats. Leur vision et la vôtre seront sûrement différentes, mais votre relation gagnera en profondeur.

10)   Et mon dernier conseil, et non le moindre, si le temps est fabuleux, que le soleil   éclabousse le paysage, lâchez tout, abandonnez votre comptabilité, laissez faire le ménage, prenez votre boîtier et hop dehors!

Happy shooting! Bon voyage photo graphique!

😉

 ombre, pied, soulier, marche, randonnée, été

Publicités

10 idées photos pour égayer vos prises de vue!

1- Flare : rayons de lumière (parasite) exploitée à sa plus belle expression = halo, chatoiement, scintillement. On place la source de lumière (intentionnellement) devant soi et on laisse les rayons éclabousser l’image. Alléluia! 😉

©Anne Jutras – ISO250 – f22 – 1/100 – +0,67

2- Reflet : saisir la transparence, les multiples couches d’une vitrine, le rétroviseur d’un véhicule, un pavé trempé, les flaques, ou une carrosserie inondée d’eau sont de multiple terrains d’exploration pour ceux qui veulent se prêter au jeu.

ISO200 - f2.8 - 1/8000

ISO200 – f2.8 – 1/8000

3- Reflet audacieux : mettez-vous dans le décor, allez détendez-vous, vous ne briserez pas la glace!

iPhone 4

© Anne Jutras – iPhone 4

4- Bokeh : créer des ronds lumineux à profusion. Optez pour la plus grande ouverture de votre objectif (le plus petit chiffre) et ajoutez un arrière plan lumineux.

ISO 200 - f4 - 1/1250

ISO 200 – f4 – 1/1250

5- Explozoom : on s’éclate! Installez votre appareil photo sur un trépied, choisissez une petite ouverture (f22) afin d’obtenir une vitesse lente (entre 1/2 sec. et 2 sec.) et, pendant l’exposition, zoomez. Cette technique demande un peu de pratique. Mais le résultat est dynamique!

ISO200 – f22 – 2 sec

6- Donner du mouvement à un sujet fixe. Débarrassez-vous de votre trépied. Ici, il ne faut pas avoir peur de transgresser les lois de la stabilité. On choisi une vitesse lente et on bouge à droite, à gauche, de haut en bas, en cercle. Toutes les folies sont permises!

ISO 200 – f9 – 1 sec.

annejutras_web_0175

7- Ombrage en duo : houuuu…. un peu de vous, avec chéri ou chérie – une photo qui vous donnera des frissons! 😀

iPhone 4

© Anne Jutras – iPhone 4

8- Peindre avec la lumière : On prend une lampe de poche et hop on se fabrique des ailes. Plaisir garantie!

Anne Jutras - ISO400 - f11 - 5sec.

© Anne Jutras – ISO400 – f11 – 5sec.

9- À la Monet. Il pleut? Tant mieux! Par une journée de pluie, j’ai immobilisé la voiture, attendu que la vitre soit recouverte d’eau, pour rendre l’image le plus abstrait possible, et j’ai pris la photo. Monet serait jaloux!

© Anne Jutras – iPhone 4

10- Ralentissez! Prenez une vitesse lente – délibérément – et expérimentez. Osez briser les règles et amusez-vous!

ISO100 - f6.3 - 0.8sec.

ISO100 – f6.3 – 0.8 sec.

ISO 1600 - f5.6 - 1/4 sec.

ISO 1600 – f5.6 – 1/4 sec.

La vie est trop courte pour  être petite!

Happy Shooting! – Soyez heureux et déclanchez!

Comment photographier un inconnu?

Ce n’est jamais facile, cite David duChemin dans son livre L’âme du photographe.

Bouquin que j’ai apporté lors de mon voyage et que je recommande fortement. Chaque jour, au petit matin, je plongeais dans son univers avec délice. Sa sensibilité me touchait et sa façon d’approcher les gens m’inspirait. Au chapitre « Photographier les personnes », j’ai lu une phrase étonnante.

« Photographier les gens est l’une des joies et des terreurs de mon métier. »

Terreur!?! Mince! S’il a si peur, pourquoi s’impose-t-il pareil supplice? Parce que sa passion, dévorante, est plus grande que la peur éprouvée. L’euphorie ressentie lorsqu’il réussit un portrait et qu’il saisit l’âme de la personne à travers son objectif vaut toutes les frayeurs du monde. Wow! Sa peur est surmontée par le désir d’approfondir des liens, de saisir en profondeur l’essence humaine. Très intéressant!

Le photographe de rue, limité par une scène vue de loin et en surface, se transforme en portraitiste lorsqu’il s’approche des gens, s’intéresse à eux, engage une conversation et à l’aide de son appareil saisit un moment mémorable.

Note : Un échange que vous le photographe se rappellera longtemps après.

Créer des liens, permet de franchir la ligne ténue de l’anonymat vers une rencontre inoubliable.

J’ai déjà tenté l’expérience auparavant, et je connais le trac que l’on ressent à l’idée de sortir de notre zone de confort et d’aller à la rencontre d’un inconnu pour lui demander de le photographier. Mais je connais également la joie fébrile d’avoir réalisé ce qui nous apparaissait… insurmontable.

Toutefois pour franchir un tel pas et dépasser notre appréhension, ça demande une certaine préparation. Je ne suis pas une experte, mais si l’expérience vous interpelle, voici quelques conseils que j’ai glanés au fil du temps:

1- Comment dépasser sa peur?

Il n’y a pas de recette magique, la peur nous habite, elle est là, bien réelle au creux de notre estomac. Le hic c’est que si nous la laissons prendre le dessus sur notre intention, elle nous paralyse. En respectant certaines règles de base, l’approche devient plus humaine et beaucoup plus facile à amorcer.

En fait, c’est le premier pas qui compte. Plus vous allez essayer, plus ça sera facile.

Marcheuse sur le mont Brome, Bromont, Qc, Canada

2- Comment aborder l’inconnu?

En souriant et en étant poli. Attendez-vous toutefois à un éventuel refus. Il est possible que votre futur sujet se sente intimidé et n’ait aucune envie de se faire prendre en portrait. Imaginez-vous installé à la table d’une terrasse et qu’un étranger s’approche avec son appareil photo. S’il a un ton sec et des yeux dictateurs, vous allez l’envoyer promener. Et pour cause!

Par contre, s’il est aimable et pointe son appareil photo d’un air interrogateur indiquant qu’il veut croquer votre portrait, votre réceptivité sera totalement différente.

3- Comment poser la fameuse question?

Une fois votre sujet repéré, prenez une grande respiration et approchez-vous (avant de changer d’idée). Regardez la personne dans les yeux, souriez, soyez sincère et respectueux. Dites bonjour. Ayez confiance, sans être arrogant (un dosage qui s’apprend à la longue). Une fois le contact établi, demandez-lui : « Puis-je prendre votre photo? »Tout simplement.

La plupart du temps, les gens vous accorderont leur approbation. Dans la négative, n’insistez pas et remerciez-les poliment.

Note : si vous êtes dans un pays dont la langue est différente de la vôtre, apprenez la question dans leur langue d’origine. En anglais : « Can I take your picture? »

4- Comment prendre la photo?

Lorsque le contact est établi et que la personne accepte de se prêter au jeu, allez-y. Prenez plusieurs photos et laissez la muse agir. Changez d’angle en prenant soin de ne pas placer le visage au centre. Si la personne regarde dans votre direction, faites la mise au point sur les yeux (ils sont une porte vers l’âme, ne les négligez pas).

Utilisez une faible profondeur de champ (grande ouverture, petit chiffre) pour atténuer l’arrière-plan. Peut-être qu’au début la personne sera un peu tendue, poursuivez, faire le bouffon, ou converser, peut aider à détendre l’atmosphère. Il y aura un moment où vous sentirez que la séance est terminée. Respectez votre sujet et permettez-lui de reprendre ses activités.

Note : David duChemin propose même de revenir un peu plus tard, pour prendre des photos moins « posées ». Les gens vous reconnaîtront, vous accorderont un regard entendu et seront plus naturels.

A-t-on le droit de photographier des gens dans la rue?

Oui. Ici, on parle de photo artistique et non commerciale, prise dans un lieu public et qui ne porte pas atteinte à la réputation.

Peut-on photographier des enfants?

Pour ma part, je demande l’autorisation des parents. Sinon, je m’abstiens.

←♥→

Vous voyez, ce n’est pas sorcier?

Allez, jetez-vous à l’eau, c’est une expérience extrêmement enrichissante et qui ouvre la voie de la créativité, parce qu’elle nous sort de notre monde habituel. 😉

Comment Sortir de sa Zone de Confort?

Lorsque vous êtes spécialisé en photographie de paysage, vous allez dans un domaine totalement opposé. Comme la photographie de mariage!

Eh oui, c’est une façon stimulante d’ouvrir sa vision. De sortir des sentiers battus. De changer de décor.

Pas que je souhaite me lancer en photographie de mariage (quoique l’idée me trotte en tête, à présent), mais je désirais photographier autre chose que des paysages. Et puisque l’atelier proposait la prise de vue en lumière naturelle, je me suis dit que j’apprendrais une technique utile en d’autres occasions.

Et je n’ai pas été déçue! L’atelier offert par Michel Fyen-Gagnon est riche en informations et en généreux soutien. Collaborant avec son épouse, Chantal, le duo formait une équipe du tonnerre. Nous étions 11 photographes à se partager le couple de mariés (un vrai couple dans la vrai vie) qui se sont prêté au jeu. Une belle gang!

Je vous partage un truc appris.  Sur mon appareil photo (Nikon 300s), je peux sélectionner une fonction qui se nomme auto ISO (réglage de la sensibilité ISO) , ceci permet de photographier dans des conditions de lumière variée sans vous souciez de changer à chaque fois les ISO de la caméra.

Paramètres pour la fonction auto ISO

  • Sensibilité de base 200 (l’appareil ne sélectionnera jamais une sensibilité plus basse que celle-ci)
  • ISO maximum autorisé : 3200 ISO
  • Vitesse d’obturation la plus lente autorisée : 1/125

Ainsi, vous n’avez pas à vous casser la tête à changer constamment d’ISO afin de vous adapter aux diverses conditions d’éclairages. Cet option n’est pas disponible sur tous les appareils. Mais si vous l’avez, ça vaut la peine de s’en servir. Ce système peut être très utile pour les photos de spectacle, donc à retenir.

Pour visionner les photos « behind the scene » cliquez  ici. Vous allez voir, on a eu beaucoup de plaisir!

↑50mm f1.8 – ISO 200 –  f1.8 – 1/250 – mesure spot ↑

↑ 50mm f1.8 – ISO 200 –  f1.8 – 1/250 – mesure spot ↑

↑ 50mm f1.8 – ISO 200 –  f1.8 – 1/500 – mesure spot ↑

↑ 18-200f3.5-5.6 (95 mm) –  ISO 200 – f6.3  – 1/320 – mesure spot   -0,67 ↑

↑ 18-200f3.5-5.6 (80 mm)  –  ISO 280 –  f5  – 1/500 – mesure pondérée centrale  +1 ↑

↑ 18-200f3.5-5.6 (29 mm)  –  ISO 640 –  f4  – 1/500 – mesure pondérée centrale  +0,67 ↑

↑ 18-200f3.5-5.6 (135mm)  –  ISO 1800 –  f5.6  – 1/500 – mesure pondérée centrale  +1 ↑

↑ 50mm f1.8 – ISO 360 –  f1.8 – 1/125 – mesure spot ↑

↑ 50mm f1.8 – ISO 200 –  f1.8 – 1/320 – mesure pondérée centrale +1 ↑

↑ 50mm f1.8 – ISO 200 –  f1.8 – 1/400 – mesure pondérée centrale +1↑

L’atelier s’est terminé sous la pluie, mais ça n’a ruiné en rien le plaisir partagé entre passionné de photos!

😉 😀 🙂


Comment créer un arrière-plan flou?

Merci d’avoir répondu en si grand nombre lors de mon dernier billet. J’étais persuadée que je ne posais pas la question inutilement. Vous m’avez donné un bon coup de pouce! Maintenant, je sais comment orienter mes billets informatifs.

D’ailleurs, je constate que la photographie suscite un engouement marqué et que le besoin d’en apprendre davantage est bien réel.

J’ai donc décidé de créer une rubrique intitulée « les mercredis technos ». Comme son nom l’indique, je parlerais de l’aspect technique, sans vous rebattre les oreilles avec des chinoiseries incompréhensibles. 😉  Enfin, je l’espère…

Aujourd’hui, nous allons explorer la question la plus demandée : comment obtenir un arrière-plan flou?

Pour obtenir ce flou artistique, que plusieurs admirent, il y a deux éléments importants à respecter :

  1. Choisir une grande ouverture (= plus le chiffre f/ est petit).
  2. Vous approcher du sujet le plus possible.

Ceci vous permettra d’obtenir une profondeur de champ (PDF) réduite et, par le fait même, un arrière-plan flou. Que vous possédiez un objectif macro ou un téléobjectif (200 mm et plus), l’effet est sensiblement le même, mais à une échelle différente.

Voici un exemple :

Pour les mordus de la techno, j’ajouterais que pour la profondeur de champ, la zone de netteté se répartit ainsi : 1/3 à l’avant du sujet et 2/3 à l’arrière. D’où l’importance de faire votre mise au point sur l’œil d’un sujet, ou sur la partie prédominante de votre composition.

[ 60mm Macro ~ ISO 250 ~ F4.5 ~ 1/320 ~ mesure pondérée centrale ~ + 0,33 ]

Rappelez-vous, qu’en macro, plus vous serez près du sujet, plus votre profondeur de champ (PDF) sera faible et plus la mise au point sera cruciale. Pour ma part, j’aime travailler à  main levée, et j’ai souvent remarqué qu’une ouverture de f4.5, me permettait de rester dans cette zone de netteté. Si votre vitesse est trop lente (1/15 et moins), augmentez votre ISO pour conserver une vitesse raisonnable. Faites des tests et adaptez ce qui vous convient.

[ 50mm f1.8 ~ ISO 250 ~ F1.8 ~ 1/1000 ~ mesure spot ]

Par ailleurs, la compression des téléobjectifs (200mm et plus) vous donneraune profondeur de champ réduite, en choisissant de grandes ouvertures (= f4 et moins) vous isolerez votre sujet de l’arrière-plan avec élégance. Notez que plus serez prêt du sujet, plus l’arrière-plan se détachera et deviendra flou.

[ 200mm ~ ISO 1800 ~ F5.6 ~ 1/500 ~ mesure pondéré centrale ~ +1 ]

Voilà! 😀  J’espère que ce billet vous aidera à mieux comprendre le flou d’un arrière-plan. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les demander.

Vous voulez poursuivre votre lecture? Voici quelques suggestions :

Faut-il aller au bout du monde pour faire de la belle photo?

Comment réussir vos photos à l’intérieur?

10 trucs pour réussir vos photos (entre deux saisons)

8 Pistes créatives

10 trucs pour réussir vos photos (entre deux saisons)

Fébriles, nous attendons la venue du printemps avec impatience.  Les bourgeons s’éveillent, la nature reprend enfin vie.  À cette période de l’année (avril), le paysage est un peu terne.  Les végétaux affichent des teintes de gris parsemées de jaune délavé. A priori, ça n’a rien d’intéressant.

En fait, nous sommes entre deux saisons, une période qui nous donne l’impression qu’il n’y a rien à photographier. Quelle déception! Il faudra s’armer de patience et attendre que l’herbe verdisse et que les pommiers fleurissent.

Vraiment? Nooooon, pas du tout!

Les fleurs nous charment davantage lorsqu’elles regorgent de couleur. J’en conviens. Par contre, un petit coup d’œil renouvelé nous fera découvrir un monde insoupçonné.

Êtes-vous prêt? Allons-y!

1- Ne pas se fier aux apparences : dans son ensemble, un champ dépouillé d’attrait peut vous apparaître sans intérêt. Mais si vous prenez le temps de regarder, de vous arrêter quelques instants, vous y trouverez d’étonnantes merveilles. Fiez-vous à moi!

2- À portée de la main : Vous n’êtes pas obligé de voyager très loin. Il peut s’agir de votre cour arrière, d’un champ abandonné à proximité, d’un bord de fossé. Ou même les plantes  desséchées qui ornent les abords du stationnement de ce centre commercial où vous avez l’habitude d’aller faire votre épicerie.

3- Voir autrement : dans votre carré de « verdure », vous repérez une plante. De prime abord, elle n’a rien d’attirant. Rabougrie, elle a perdu ses belles couleurs. Changez votre point de vue. Rapprochez-vous et examinez ses courbes, les arabesques créées par ses tiges.

4- Prenez le temps de regarder : attardez-vous sur la même plante. Penchez-vous,  bougez à gauche, à droite, zoomez ou reculez au besoin. Accroupissez-vous et regardez autour de vous. Ne quittez pas les lieux trop vite. Un monde infini se cache à vos pieds.

5- Ouverture de votre objectif : en photo macro, il est recommandé d’isoler le sujet, l’arrière-plan demeurant flou. Pour y arriver, on choisi de grandes ouvertures, comme F4 et moins. Toutefois, j’ai remarqué que F8 était préférable à F4. La netteté est supérieure et l’arrière-plan demeure passablement flou. Vérifier votre profondeur de champ à l’aide de votre appareil photo.

6- Soignez votre composition : Mettre les arabesques en valeur ne signifie pas surcharger l’image. Ces agencements ont tendance à égarer notre attention, l’œil cherchant constamment le sujet principal. Concentrez-vous sur un détail et changez votre cadrage jusqu’à ce que la composition vous plaise. Vous pouvez déplacer les brindilles ou les branches qui encombrent votre  composition. Utilisez des épingles à linge, elles sont parfaites pour les retenir sans les endommager.

7- Isolez votre sujet : N’hésitez pas à cadrer serré. Rapprochez-vous de votre sujet, donnez-lui de l’importance, mais pas trop quand même. Une fleur, perdue au milieu du sol, sera beaucoup plus belle si elle remplit le viseur.

8- Arrière plan foncé : pour faire ressortir les détails d’une plante en choisissant un arrière-plan plus sombre. Ce carré d’ombre, juste derrière, ferait parfaitement l’affaire. Déplacez-vous pour vous mettre dans le bon angle.

9- Éclairage d’appoint : Une assiette en aluminium et un sac de plastique clair peuvent se convertir en réflecteur/diffuseur et servir d’éclairage d’appoint pour compenser ou adoucir la lumière ambiante.

10- Vitesse : Assurez-vous d’avoir une vitesse supérieure à 1/60 sec, afin d’éviter le bougé de l’image, à moins que ce ne soit ce que vous recherchez. 😉

Autres photos macros par ici et ainsi qu’ici aussi.

Happy shooting! 😀