Autopsie d’une prise de vue : comment faire le tour de votre sujet

Récemment, j’ai été inspirée par les photos de Laurence Chellali de chez Photofolle. Talentueuse, cette photographe n’hésite pas à essayer des réglages différents afin d’obtenir des effets visuels aux résultats étonnants. Dans son billet, Le tunnel, Laurence joue (et s’amuse) avec la perspective, le temps de pose, le flouté et même les reflets.

À partir d’un même sujet, elle a recréé des atmosphères différentes, passant du glauque au lumineux jusqu’à l’onirique. Du coup, j’ai eu envie de faire pareil. Le hic c’est que j’ai pas de tunnel par chez moi. Que des paysages! Qu’à cela ne tienne!

Parfois, il suffit d’une simple idée, un brin créatif pour nous inciter à rompre nos (vieilles) habitudes. Et partir en mode exploration. Une approche stimulante pour l’artiste en soi. C’est comme prendre une route nouvelle. Notre regard s’éveille, comme titillé par les nouveaux décors que la route nous offre. Notre âme se régale. Et notre œil itou!

Samedi dernier,  je pars donc avec l’intention de  faire le tour d’un même sujet avec différents réglages et diverses prises de vue. Oui, mais (parce qu’ il y a un mais), le froid a raison de mes bonnes intentions. Je sous-estime la température, à -3C le froid me pétrifie non seulement les doigts, mais également la cervelle.

[Note à moi-même : plus jamais sans mes chauffes-mains, même s’il fait un respectable -3C, tu m’entends! ] Avec le facteur vent, le temps ressentie dévale à -14C. Aïe! Pas chaud pour la pompe à l’eau, parole d’exploratrice! Difficile de se concentrer et d’être un « brin » créative. :mrgreen:

Autre contre-temps, le levé de soleil n’est pas fabuleux, à vrai dire, il est complètement moche! L’action se passe du côté opposé. À l’endroit même où les fils électriques cinglent le ciel. Zut! Je les haïs aime tant, ces fils! Je décide donc de porter leur présence à contribution. Tant qu’à faire. 😉 Lignes de fuite électrisantes.

20130216_annejutras_web_0151

En reculant de quelques pas, je change d’angle et photographie un bouquets de brindilles desséchées. Je modifie mon cadrage et opte pour une profondeur de champ réduite.

20130216_annejutras_web_0086A

À ce stade-ci, mes doigts n’en peuvent plus… Je dois bouger,  attendre que la chaleur revigore mon énergie. J’ai envie de partir. Mais je reste. L’appel du défi est plus fort que tout. Je suis folle… vous allez dire. Non. La madame est déterminée. J’ai l’intention de faire ces photos. Ça fera (enfin) un bon billet pour mon blogue.

Peu à peu, mes doigts se réchauffent. Je remarque que le soleil étire mon ombre de façon amusante. Tiens, je passe en mode autoportrait. Et j’oublie le froid.

↔♥↔

Ici, un traitement en noir et blanc transforme le sujet et bonifie sa simplicité.

Ou, à l’opposé, jouer avec les teintes embellit l’atmosphère éthérique de l’image.

Un dernier essaie, un peu excentrique. Et très créatif. Je choisi une vitesse lente (1/4 sec. ) en fermant le diaphragme (ouverture f20.0) et exécute une série de clichés à main levé, en bougeant mon appareil à la verticale. ooooh!

De tout le lot, c’est ma préférée!

Sans doute à cause de ma démarche photographique. Du défi (personnel) accompli. Bon, d’accord, ça n’a rien à voir avec un tunnel, mais l’approche m’a permis d’explorer mon environnement et de réaliser des clichés à saveur variés.

Maintenant, c’est à votre tour!

Sans dire un mot

J’ai un blanc. Total. Depuis tout à l’heure que je tourne en rond, cherche les mots pour raconter l’histoire derrière les photos. Pour m’inspirer, je me lève, regarde par la fenêtre, ce qui est complètement inutile; dehors, il fait noir comme le poêle. Je retourne m’asseoir. Pousse un lamentable soupir. Le vide trône dans ma tête. Me relève. Fait quelques bonds sur mon ballon d’exercice, excellent pour raffermir les fesses (sans blague, à force d’être assise devant un ordi, sans savoir quoi écrire, vos arrières ramollissent!).

Bon, où en étais-je avec mes divagations? Ça vous arrive d’avoir des moments où vous ne trouvez pas les mots? Pour dire les choses. Ces temps-ci, il me semble que ça m’arrive souvent. Peut-être ai-je envie de prendre plus de place, de m’affirmer, de partager mon opinion, et j’ignore comment y parvenir. Qui sait? 😉

Entre vous et moi, j’admire les gens volubiles. Leur aisance à dialoguer. Leurs phrases qui s’enchaînent à la queue leu leu. Je les admire, mais en même temps ça m’énerve. Ça m’énerve, parce que la plupart du temps,  je n’arrive pas à placer un traître mot. Enfin, si peu.

Je n’ai pas l’impression qu’à leurs yeux, je suis importante. Ça me donne un sentiment d’être quelconque… J’essaie d’éviter ça le plus possible. Donc, je m’entoure de gens avec qui j’ai une conversation enrichissante.

Pour que le vide ne se fasse pas trop sentir. 😉

Une visite au marais

Outre les castors, ce marais accueille une faune diversifiée.    Un tapis de roseaux ajoute une touche d’ocre, rehaussant le gris dominant.

Vieux tronc aux multiples perchoirs. 😉

♠ Fragilité ♠

♥ Douceur de l’hiver ♥À l’entrée du parc, bien avant d’atteindre le marais, on peut longer un joli ruisseau.

Bonne semaine à tous et toutes!

Première neige

Persistance

Allons jouer dehors!

Ah, comme la neige a neigé!

On se connaît?

15 cm de neige sont tombés sur la région. Certains étaient fous de joie, d’autres grinçaient des dents. Moi, j’ai prévu le coup et décidé de rester à la maison. Hihi! La voiture est restée sagement garée dans l’entrée, les routes étaient beaucoup trop glacées pour s’y aventurer. Par contre, mes jambes n’y voyaient pas d’inconvénient, et m’ont portée là où il le fallait… 😉

Jour 321 ~ ???

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Centre ville de Montréal, le soleil brille et les arbres affichent enfin leur couleur printanière. Assis sur un banc, un citadin profite de la chaleur bienfaisante. Le vert tendre des feuilles  forme une jolie auréole.

Au départ, j’ai développé cette photo en noir et blanc. Certains détails détournaient l’attention du sujet principal, en les transformant en noir et blanc, leur distraction diminuait.  Mais lorsque j’ai montré l’image à mon copain, il m’a fait remarquer qu’on perdait la beauté du vert qui est si présente dans la composition. Et là, l’hésitation s’est installée dans ma tête.

Couleur? Noir & blanc? Couleur? Noir & blanc? Hummm… finalement, j’opte pour la couleur.

Voici l’autre version, dites-moi ce que vous en pensez.

Jour 320 ~ Virage à droite

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Une autre visite en ville. Me suis imposée une ouverture fixe et cliquais le plus vite possible. Forçant ainsi ma créativité à sortir des sentiers battus.

Note : je suis allée voir le film « The bang bang club« . J’ai été touché par le courage de ces photographes. L’histoire, au cinéma, n’est pas grandiose, mais je ne regrette pas de l’avoir vu. Hommage à ce club…