RAW versus JPEG

Une photo RAW : qu’est-ce que ça mange en hiver?

Ce terme anglais signifie : brut. En fait, c’est un fichier numérique dont les informations numériques n’ont pas encore été traitées, et dont vous aurez la maîtrise complète du résultat dans un logiciel de développement approprié.

Le RAW est comparable  au négatif du temps de l’argentique et le JPEG à la diapositive. À l’époque, un négatif devait passer par un « traitement de produits chimiques » afin de donner une image photographique.  À l’instar d’un négatif, le fichier RAW doit passer par un « traitement numérique » pour donner une photo.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le fichier RAW a le désavantage d’être beaucoup plus volumineux et demande plus de temps pour le traitement.  Par contre, vous pourrez définir (à votre guise) la balance des blancs, le contraste, la saturation, la réduction du bruit, la netteté, et tout un tas d’effets d’image. Si vous êtes légèrement sous-exposé ou sur-exposé, il vous sera possible de récupérer les informations et de faire ressortir les détails. Ce qui sera plus difficile avec un fichier JPEG.

Sur les deux photos ici bas, j’ai choisi une balance de blanc différente, l’une froide et l’autre chaude.

Avec le format JPEG, le procédé est plus simple, vous n’avez pas a apporter toutes sortes de changement, elles sont déjà inscrites dans le fichier par l’appareil photo.  Sachez toutefois que  les informations enregistrées au moment de la prise de vue sont compressées, donc réduites.  Vous pouvez apporter quelques ajustements, si nécessaire, mais avec beaucoup moins de latitude.

Pour bien saisir la chose, voici quelques chiffres :

Une image RAW contient 4 096 nuances de vert, 4 096 nuances de rouge, 4 096 nuances de bleu. C’est en mélangeant ces trois couches de couleur que votre appareil reproduit  les couleurs de votre monde réel. Toute une palette de couleurs, n’est-ce pas?

Mais qu’arrive-t-il de la version JPEG?

Eh bien, la compression réduit les « précieuses » informations en un maigre 256 nuances par couche. Rien de moins!

Pour pousser la comparaison, c’est un peu comme si l’on vous demandait de réaliser un dessin avec soit une boîte de 12 crayons de couleur, ou bien avec une boîte de 360. Lequel choisiriez-vous?

Évidemment, il n’a rien de mal à photographier en JPEG, il faut seulement  capter les informations différemment. Étonnamment, beaucoup de professionnels utilisent le JPEG, cependant,  ils s’assurent que les informations (reliées à l’exposition, à la balance des blancs, etc.) soient enregistrées correctement sur leur carte mémoire, car une fois la prise de vue terminée, il est trop tard pour revenir en arrière.

L’exemple le plus frappant est le suivant : un ami est revenu d’une chasse photographique à -25C en me disant qu’il n’avait rien de bon. En jetant un coup d’oeil à ses fichiers, j’ai tout de suite visionné le potentiel de ses images. Malgré une balance des blancs mal ajustée, j’ai pu récupérer ses photos et en tirer une scène spectaculaire.

Alors, voilà!

Mercredi prochain : comment sauvegarder pour le web

Comment créer un arrière-plan flou?

Merci d’avoir répondu en si grand nombre lors de mon dernier billet. J’étais persuadée que je ne posais pas la question inutilement. Vous m’avez donné un bon coup de pouce! Maintenant, je sais comment orienter mes billets informatifs.

D’ailleurs, je constate que la photographie suscite un engouement marqué et que le besoin d’en apprendre davantage est bien réel.

J’ai donc décidé de créer une rubrique intitulée « les mercredis technos ». Comme son nom l’indique, je parlerais de l’aspect technique, sans vous rebattre les oreilles avec des chinoiseries incompréhensibles. 😉  Enfin, je l’espère…

Aujourd’hui, nous allons explorer la question la plus demandée : comment obtenir un arrière-plan flou?

Pour obtenir ce flou artistique, que plusieurs admirent, il y a deux éléments importants à respecter :

  1. Choisir une grande ouverture (= plus le chiffre f/ est petit).
  2. Vous approcher du sujet le plus possible.

Ceci vous permettra d’obtenir une profondeur de champ (PDF) réduite et, par le fait même, un arrière-plan flou. Que vous possédiez un objectif macro ou un téléobjectif (200 mm et plus), l’effet est sensiblement le même, mais à une échelle différente.

Voici un exemple :

Pour les mordus de la techno, j’ajouterais que pour la profondeur de champ, la zone de netteté se répartit ainsi : 1/3 à l’avant du sujet et 2/3 à l’arrière. D’où l’importance de faire votre mise au point sur l’œil d’un sujet, ou sur la partie prédominante de votre composition.

[ 60mm Macro ~ ISO 250 ~ F4.5 ~ 1/320 ~ mesure pondérée centrale ~ + 0,33 ]

Rappelez-vous, qu’en macro, plus vous serez près du sujet, plus votre profondeur de champ (PDF) sera faible et plus la mise au point sera cruciale. Pour ma part, j’aime travailler à  main levée, et j’ai souvent remarqué qu’une ouverture de f4.5, me permettait de rester dans cette zone de netteté. Si votre vitesse est trop lente (1/15 et moins), augmentez votre ISO pour conserver une vitesse raisonnable. Faites des tests et adaptez ce qui vous convient.

[ 50mm f1.8 ~ ISO 250 ~ F1.8 ~ 1/1000 ~ mesure spot ]

Par ailleurs, la compression des téléobjectifs (200mm et plus) vous donneraune profondeur de champ réduite, en choisissant de grandes ouvertures (= f4 et moins) vous isolerez votre sujet de l’arrière-plan avec élégance. Notez que plus serez prêt du sujet, plus l’arrière-plan se détachera et deviendra flou.

[ 200mm ~ ISO 1800 ~ F5.6 ~ 1/500 ~ mesure pondéré centrale ~ +1 ]

Voilà! 😀  J’espère que ce billet vous aidera à mieux comprendre le flou d’un arrière-plan. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les demander.

Vous voulez poursuivre votre lecture? Voici quelques suggestions :

Faut-il aller au bout du monde pour faire de la belle photo?

Comment réussir vos photos à l’intérieur?

10 trucs pour réussir vos photos (entre deux saisons)

8 Pistes créatives

À vos questions!

Bonjour tout le monde!

Voici quelques semaines que je songe à vous proposer des conseils photo. Rien de trop sorcier.  Je ne veux pas vous embêter avec des termes techniques qui risquent de vous ennuyer. 😉 Abracadabra sortez vos RAW et que ça saute! Vous voyez le genre?

N’empêche, c’est intéressant d’en apprendre sur la photo. Que l’on soit amateur, amateur sérieux, ou tout simplement un amoureux des photos souvenirs, il y a toujours une partie de nous qui cherche à s’améliorer. À vouloir découvrir les petits secrets des artistes qui nous inspirent.

Or j’aimerais partager mes connaissances avec vous.  Le hic, c’est que je ne sais pas par où commencer…

Une idée de génie m’est venue en tête! Si vous, chers lecteurs et lectrices, vous me partagiez vos questions? Si si!

Ne soyez pas timide. Que ce soit sur le traitement d’image, le choix d’objectif, le balancement des blancs, JPG ou RAW, peu importe, je ferai une liste de vos questions et je préparerai un billet pour chacune d’elle.

Qu’en dites-vous? Alors, je vous cède la place, la parole est à vous! 😀

Après La Pluie Le Beau Temps

Qu’est-ce qui me rend heureuse?

Le chaleur bienfaisante du soleil

Anticiper un arc-en-ciel

Courir après

Et le voir s’élever dans le ciel!

Entendre les oiseaux

Admirer la panoplie de verts qui s’éveillent au printemps

Grimper la montagne et sentir battre mon cœur à tout rompre

Écouter la pluie tomber

Regarder un papillon voltiger

Observer une abeille butiner

Sentir le vent sur ma peau

Un pique-nique

Prendre le petit déjeuner avec mes filles

Quand mon chum me prend la main

Me donne un baiser

Me souris tendrement…

Me dit je t’aime!

Et vous? Qu’est-ce qui vous rend heureux?

Dent-de-Lion

Tout d’abord, j’aimerais vous dire merci. Vos messages d’encouragement émis lors de mon billet précédent, m’ont profondément touchée. Bloguer n’a jamais été aussi significatif, aussi puissant. Vous paroles m’ont donné l’impression que vous étiez juste là, à mes côtés, me tenant la main et me réconfortant.

Je vous remercie. Du fond du cœur. ♥

♠ ♠ ♠

Samedi dernier, j’avais planifié photographier un superbe paysage au coucher du soleil. Finalement, le paysage n’avait rien de superbe et le ciel, dépourvu de nuages, s’annonçait fade.

J’ai donc troqué mon grand-angle pour mon objectif macro et je me suis penchée au sol. Les pissenlits ont eu droit à toute mon attention. C’est fou comme un sujet aussi banal peu devenir passionnant quand la lumière s’y prête. 😀

♠ ♠ ♠

♠ ♠ ♠

♠ ♠ ♠

♠ ♠ ♠

♠ ♠ ♠

Bonne semaine à tous et toutes! ♥

Have a great weak everyone! ♠

Bokeh – Prise 2

Le 19 avril dernier, dans Comment réussir vos photos à l’intérieure, je vous lançais une invitation sur la possibilité de publier une de vos photos sur mon blogue. Je ne blaguais pas et tiens à relancer l’appel. Je sais, je sais, vous avez oublié, ne vous en faites pas, je vous pardonne. 😉

Je parlais de photo intérieure, mais il peut s’agir de photos prises à l’extérieure. Ou ailleurs. Si vous avez croqué des fleurs, allez-y, montrez-les-moi, « Show me the flower! » car ici, il neige… ENCORE! Non, je ne suis pas fâchée… seulement tannée. *rire*

En somme, l’idée est de partager notre passion et de profiter de cet espace virtuel pour vous faire connaître aux yeux des autres.

Au plaisir de voir ce qui vous allume !

Donc, si vous avez une photo à partager, envoyez-la-moi par courriel, en résolution réduite (72ppi), et le lien relié à votre image vers votre blogue.

♦♦♦ ♥ ♦♦♦

♦♦♦ ♥ ♦♦♦

Comment réussir vos photos macros à l’intérieure?

Il pleut. Il fait froid.  La météo, avec ses impondérables, ne nous permet pas toujours d’aller faire de la photo à l’extérieur. Nous attendons avec impatience les conditions idéales pour sortir nos appareils. Qui n’a pas hâte de mettre le nez dehors pour profiter du beau temps?

Pour ma part, j’essaie de me conditionner (mentalement) à me lever (dans un avenir rapproché) aux petites heures du matin. J’ai encore quelques matins à me prélasser sous la couette… 😉 Fiou!!!

Mais en attendant, rien ne nous empêche de recréer (à l’intérieur) une micro scène avec quelques fleurs achetées chez le fleuriste ou au supermarché.

Que ce soit de simples marguerites  ou des roses exotiques, leurs pétales offrent un monde surprenant de vallons.

Cliquez sur les images pour les agrandir

Ajoutez-y quelques gouttelettes et vous obtenez un bokeh du plus bel effet.

Placer vos fleurs près d’une source de lumière, et les gouttes d’eau capteront la luminosité environnante.

Vous pouvez utiliser un fond de couleur, un foulard par exemple, afin d’ajouter un arrière-plan coloré.

Choisissez une grande ouverture, F4 et moins, afin de réduire la profondeur de champ et accentuer l’effet bokeh, bulles de lumière diffuse.

Voici un site qui présente 40 photos avec de splendides effets bokeh, délectez-vous!

Si vous mettez en pratique ces quelques consignes et avez envie de partager vos créations, faites-moi parvenir vos photos et je les publierai sur mon blogue lundi prochain.

Bonne photo!

Vous voulez poursuivre votre lecture? Voici quelques suggestions :

Comment créer un arrière-plan flou?

Faut-il aller au bout de monde pour faire de la belle photo?

10 trucs pour réussir vos photos (entre deux saisons)

8 Pistes créatives

Pourquoi un site web?

Posée plus d’une fois, la question a tourbillonné dans ma tête pendant un bon bout de temps. La réponse m’est parvenue de façon inattendue, la semaine dernière.

Plusieurs stipuleront qu’il s’agit de hasard, point à la ligne. D’autres parleront de timing – être là, au bon moment. Certains relèveront une simple coïncidence.

Moi, je vais vous parler de synchronicité (mais vous en ferez votre propre déduction).

Resto Les Sucreries de l’Érable, Frelighsburg, Café de Village en Estrie

Toujours est-il que je suis dans la cuisine, en train de picorer mon déjeuner, la tête partie dans les nuages à me poser cette « fameuse » question:  ai-je vraiment besoin d’un site web? Avec un panier virtuel? Pour des clients potentiels? Et tout et tout.  Les questions tournent en boucle dans ma tête. De quoi avoir le tournis. 😆

Et là, à ce moment précis, la réponse me parvient, haut et fort, par l’entremise de la radio.  Je vous l’jure!

L’animateur de la radio invite le web-master et chroniqueur télé, François Charron, à partager son opinion sur la réalité actuelle  des PME (Petit Moyenne Entreprise) sur le web. Selon lui, la situation est alarmante. Les entreprises ont intérêt à s’annoncer (et à s’afficher)  sur le web. Fini le temps où les Pages Jaunes (annuaire téléphonique) suffisaient pour se faire connaître.

Aujourd’hui, on utilise Google. De plus,  80% des gens vont sur web pour consulter avant d’acheter. Donc, si vous n’y êtes pas, on ne vous trouvera pas. C’est aussi simple que ça.

Je ne sais pas vous, mais moi je crois aux signes. Et dans ma démarche actuelle, devenir Pro, les signes ne cessent d’affluer. Si je n’écoute pas, et fais la sourde oreille, je vais passer à côté. Le soir même, je suis allée à la conférence présentée par François Charron…

… et j’ai décidé de créer mon site web avec Smugmug. Il y a encore des modifications à lui apporter, je les ferai au fur et à mesure.

Cliquez sur l’image pour accéder au site web ~ Click on the picture to access  my website.

🙂

10 trucs pour réussir vos photos (entre deux saisons)

Fébriles, nous attendons la venue du printemps avec impatience.  Les bourgeons s’éveillent, la nature reprend enfin vie.  À cette période de l’année (avril), le paysage est un peu terne.  Les végétaux affichent des teintes de gris parsemées de jaune délavé. A priori, ça n’a rien d’intéressant.

En fait, nous sommes entre deux saisons, une période qui nous donne l’impression qu’il n’y a rien à photographier. Quelle déception! Il faudra s’armer de patience et attendre que l’herbe verdisse et que les pommiers fleurissent.

Vraiment? Nooooon, pas du tout!

Les fleurs nous charment davantage lorsqu’elles regorgent de couleur. J’en conviens. Par contre, un petit coup d’œil renouvelé nous fera découvrir un monde insoupçonné.

Êtes-vous prêt? Allons-y!

1- Ne pas se fier aux apparences : dans son ensemble, un champ dépouillé d’attrait peut vous apparaître sans intérêt. Mais si vous prenez le temps de regarder, de vous arrêter quelques instants, vous y trouverez d’étonnantes merveilles. Fiez-vous à moi!

2- À portée de la main : Vous n’êtes pas obligé de voyager très loin. Il peut s’agir de votre cour arrière, d’un champ abandonné à proximité, d’un bord de fossé. Ou même les plantes  desséchées qui ornent les abords du stationnement de ce centre commercial où vous avez l’habitude d’aller faire votre épicerie.

3- Voir autrement : dans votre carré de « verdure », vous repérez une plante. De prime abord, elle n’a rien d’attirant. Rabougrie, elle a perdu ses belles couleurs. Changez votre point de vue. Rapprochez-vous et examinez ses courbes, les arabesques créées par ses tiges.

4- Prenez le temps de regarder : attardez-vous sur la même plante. Penchez-vous,  bougez à gauche, à droite, zoomez ou reculez au besoin. Accroupissez-vous et regardez autour de vous. Ne quittez pas les lieux trop vite. Un monde infini se cache à vos pieds.

5- Ouverture de votre objectif : en photo macro, il est recommandé d’isoler le sujet, l’arrière-plan demeurant flou. Pour y arriver, on choisi de grandes ouvertures, comme F4 et moins. Toutefois, j’ai remarqué que F8 était préférable à F4. La netteté est supérieure et l’arrière-plan demeure passablement flou. Vérifier votre profondeur de champ à l’aide de votre appareil photo.

6- Soignez votre composition : Mettre les arabesques en valeur ne signifie pas surcharger l’image. Ces agencements ont tendance à égarer notre attention, l’œil cherchant constamment le sujet principal. Concentrez-vous sur un détail et changez votre cadrage jusqu’à ce que la composition vous plaise. Vous pouvez déplacer les brindilles ou les branches qui encombrent votre  composition. Utilisez des épingles à linge, elles sont parfaites pour les retenir sans les endommager.

7- Isolez votre sujet : N’hésitez pas à cadrer serré. Rapprochez-vous de votre sujet, donnez-lui de l’importance, mais pas trop quand même. Une fleur, perdue au milieu du sol, sera beaucoup plus belle si elle remplit le viseur.

8- Arrière plan foncé : pour faire ressortir les détails d’une plante en choisissant un arrière-plan plus sombre. Ce carré d’ombre, juste derrière, ferait parfaitement l’affaire. Déplacez-vous pour vous mettre dans le bon angle.

9- Éclairage d’appoint : Une assiette en aluminium et un sac de plastique clair peuvent se convertir en réflecteur/diffuseur et servir d’éclairage d’appoint pour compenser ou adoucir la lumière ambiante.

10- Vitesse : Assurez-vous d’avoir une vitesse supérieure à 1/60 sec, afin d’éviter le bougé de l’image, à moins que ce ne soit ce que vous recherchez. 😉

Autres photos macros par ici et ainsi qu’ici aussi.

Happy shooting! 😀