Souvenirs de vacances

Au nord de la Floride, à St-Augustine plus précisément, il n’est pas rare de voir  la météo osciller en dessous du 10 degrés Celsius pendant la saison froide, soit de novembre à janvier. Prise par une journée de grand vent, cette photo témoigne des rares promeneurs qui bravaient le froid et arpentaient la plage d’un pas décidé. Comme cette dame en rouge. Même mon appareil bougeait tellement il ventait!

Ou est-ce moi qui tremblait de froid? Ahum…

Jugez par vous même.

La mer fascine. Qu’il fasse un froid de canard. Ou une chaleur accablante.

À la recherche de trésors perdus, cette jeune femme chatouillait le sable du bout des pieds.

Des pièces d’or oubliés. Souvenirs fragiles. Avalés par la mer.

Ce petit oiseau, un bécasseau sanderling (merci à ClaudeL, pour la précision), déambulait à vitesse lumière sur le sable trempé et évitait allégrement la vague qui risquait de l’engloutir à tout moment. Admirative, je l’ai observé longtemps. J’ai même (tenté) de faire un petit vidéo,  il filait à vive allure, me rendant la tâche difficile. 😉

Désolée si, par moment, le sujet sort (littéralement) du cadre.

N’est-ce pas qu’il est rapide? Speedy Gonzales! Hihi!

20121120_annejutras_web_0311

Voilà!

Je vous souhaite tous et toutes un superbe week-end!

Have a great week-end everyone!

😀

Le plus beau matin du monde

Je suis partie tôt samedi matin à la recherche du soleil levant.  Je l’ai attendu, en vain.

Debout, devant ce quai, mes espoirs se fixaient sur l’horizon. Le ciel demeurait impassible. Il n’y avait que des nuages, du vent et du froid.

Le temps semblait être le maître des lieux. J’entendais son silence.

Je suis restée zen. Les mains bien enfouies dans mes poches, parce que mes doigts me rappelaient que le printemps torride (de la semaine dernière) était bel et bien terminé. Zen, oui, je l’étais. Qu’aurais-tu fait, toi? Rebrousser chemin? Dépité à l’idée de partir bredouille.

Ce quai me retenait. Comme une main tendue qui implore ta présence. Je percevais son secret. Ces mots discrets chuchotés à l’oreille d’une âme attentive.

Nous avons discuté ainsi. L’un en face de l’autre. Le présent et le passé se chevauchaient pour tisser un avenir prometteur, alors que le soleil, lui, avait décidé de ne pas se montrer.  Il était sûrement complice, car s’il s’était manifesté, je n’aurais jamais eu cette remarquable discussion.

J’ai quitté les lieux sereine.

Convaincue que j’avais capturé le plus beau matin du  monde.

Moment Magique

Quand je vais en Floride, je fais toujours un détour  vers  le quai de pêche. Pour la modique somme d’un dollar,  vous avez accès à la plateforme.  Outre la vue imprenable sur la mer, vous y rencontrez bon nombre de mouettes, goélands, bécasseaux et de  grands pélicans.  Une vie insoupçonnée grouille en ces lieux. C’est fou!


L’air salin chatouille vos narines, le vent folichon joue dans votre chevelure, du coup, une sensation d’ivresse vous envahit.  Un bonheur  simple et doux.

Si vous avez le cœur à socialiser, vous pouvez discuter avec les pêcheurs, ils se feront un plaisir de vous raconter leur dernière pêche. Émaillant leur histoire d’anecdotes cocasses. Ou  si vous êtes de nature discrète, comme moi, vous observez silencieusement. La caméra au coup. 😉

Soudain, dans ce bonheur tranquille, j’ai vu deux énormes pélicans percer le ciel gris.  Un peu malhabile, ils ont atterri derrière un pêcheur qui préparait des filets.  Sur leur promontoire préféré, les deux palmipèdes  gardaient un œil affamé sur leur pitance, s’étirant le cou de temps en temps. L’un d’eux m’a même fait l’honneur de poser pour moi. Trop cool!

Malheureusement, l’homme n’avait rien pour eux.

Mais pour moi, ce fut un moment magique. Que je n’oublierai jamais.

↔ ♥ ↔

← ♥ →

Voici un petit vidéo 😉