Derrière chaque photo, se cache une histoire

Je ne sais pas vous, mais lorsque je visionne mes photos  une foule de souvenirs refont surface. Certains plus que d’autres, selon le contexte du moment.

Froid intense, composition difficile à exécuter, ravissement pour les yeux, revenir bredouille, rencontre inopinée -> agréable ou pas. Bref, quand je reviens de mes escapades photos, j’ai toujours quelques anecdotes passionnantes, enfin pour moi, à raconter à mon chéri. Et quand je regarde ces photos, plusieurs jours plus tard, voire des années, tous ces souvenirs se réveillent.

J’affirmerais même que la photographie est un bon exercice pour stimuler sa mémoire. Oui, oui! 😀 Une photographe, qui avait réalisé un défi autoportrait de 365 jours, m’a confié un jour qu’elle pouvait se rappeler chaque événement entourant chacune de ses 365 photos. Wow! C’est tout dire!

Sans plus tarder, voici quelques anecdotes entourant ces photos.

1- Aurore

Aurore

Se lever à 5 h du matin, prévoir sa destination et partir sans chauffe-main. Ohlàlà!  Plus jamais! (En passant, j’ai fait mes provisions.) En cours de route,  bifurquer et se laisser distraire par un autre décor. La neige n’a pas la vedette dans les prés ces jours-ci. Or ce champ de glace revêt un attrait particulier. Je m’installe, à l’aveuglette parce que le soleil ne s’est pas encore pointé, et j’attends. Pour constater que les couleurs de l’aurore ne sont pas la direction prévue.

Zut! Vite, cherchons un autre décor.

≈♠≈

2- Glace et Roseaux

Glace Rosée

Pendant que l’aurore déploie ses couleurs flamboyantes, je me déplace (rapidement)  essayant de capter des images supplémentaires. Contrainte : la route est dans la même direction que le soleil levant et n’offre pas un point de vue intéressant.

J’aimerais mettre en avant plan une de ses touffes d’herbes qui émergent de la glace, ça serait simple me semble. Mais je n’ai pas l’âme téméraire, et n’ose m’aventurer sur la glace mince qui ne cesse de craquer. Cric! Crac! Croc!

Je réussis à me glisser au bas d’un fossé (non sans crainte, mais la madame fait taire ses peurs), et me rassure en observant les courageux roseaux. 😉

≈♠≈

3- Rayons Fugitifs

20130203_annejutras_0139_41_43_44_web__tone

Partir tôt, bien avant l’aurore, et anticiper un beau lever de soleil. Qui ne vient jamais. En quittant les lieux, je remarque que le soleil tente de percer les nuages. Tiens, tiens. Je m’installe sous les branches des arbres, c’est tellement joli, et j’attends… 15 minutes avant que l’astre du jour ne daigne exhiber ses rayons. Victoire!

≈♠≈

4- Simplicité Enneigée

Clôture Enneigée

Après trois heures de prise de vue, d’attente et de déplacements (parfois bancale, parce que sous cette belle neige les champs sont glacés), mes orteils sont gelés et je suis exténuée – mais ivre de bonheur. Je n’ai qu’une idée en tête, rejoindre chéri et lui raconter ma matinée en dégustant un bon café fumant.

Mais mon œil de photographe remarque cette clôture joliment enneigée. Mon corps connaît un regain d’énergie l’espace de trois clichés. Clic! Clic! Clic!

Et de toutes les photos prises ce matin-là, c’est ma préférée. Parfois la simplicité vaut toutes les gloires du matin.

😉

Et si on changeait de saison?

5- Opulence

Estrie, Québec, Canada

Octobre 2012 ~ Petite balade en Estrie, il est midi, l’heure à éviter en photographie. Mais cette journée-là, les couleurs d’automne sont splendides et j’ai envie de me faire plaisir. Après tout, on n’a qu’une vie à vivre, aussi bien en profiter.

Au diable les règles contraignantes, et bienvenue la liberté d’expression!

≈♠≈

6- Une pause bien méritée

Papillon

Septembre 2012 ~ J’ai fait une série de photos pour ce billet-ci. À la toute fin, je m’apprête à prendre le chemin du retour, lorsque j’aperçois ce papillon. Une légère bruine avait recouvert la végétation et il se reposait sur cette fleur, comme inanimé. En fait, il séchait ses ailes. Je me suis approchée doucement, le cœur ravi. J’ai interchangé mon zoom contre mon objectif macro et, l’espace de quelques instants, j’ai plongé dans un univers de pur délice.

Je peux me souvenirs du trajet parcouru, de la fraîcheur de l’air, des sentiments qui m’habitaient et du bonheur ressenti lors cette rencontre. Tout ça, à la seconde où j’ai visionné cette image.

C’est puissant, une photo, surtout quand vous en êtes le créateur.

≈♠≈

7- Par delà le sentier

Septembre 2012 ~ J’ai pris cette photo la même journée que celle du papillon ci-haut. Les circonstances entourant cette image sont floues, pas de souvenir précis. Par contre, je me souviens de mon insatisfaction lorsque je l’ai traitée à l’ordinateur. Elle ne me disait rien. Aujourd’hui, lorsque je la regarde, elle m’apaise et me donne envie de partir à l’aventure.

Parce que la photographie c’est ça aussi. Partir à l’aventure, même si vous ignorer où cela vous mènera. Le chemin emprunté est toujours rempli de surprises. 😉

≈♠≈

ClaudeL m’a demandé de raconter l’histoire derrière cette photo. Eh bien, je faisais la fofolle en me photographiant avec mon téléphone portable. Une photo par ci, une autre par là. Distraite, j’ai bien failli manquer le soleil qui sortait de derrière les nuages.

Oups!

😉

Ah, comme la neige a neigé!

« La neige possède ce secret de rendre au coeur en un souffle la joie naïve que les années lui ont impitoyablement arrachée. »~ de Antonine Maillet

La neige est arrivée, fraîche et abondante. Et puis, pif! Un redoux d’une seule journée l’a fait disparaître. Complètement!

Ah, comme la neige a neigé! C’était il y a quelques semaines. Voici donc les photos récoltées entre les flocons. 😉

↔ Δ ↔

↔ Δ ↔

↔ Δ ↔

↔ Δ ↔

↔ Δ ↔

↔ Δ ↔

↔ Δ ↔

Merci de me partager vos opinions et de me laisser vos commentaires!

J’apprécie grandement!

🙂

Avoir les bleus

Bleu du ciel. Bleu d’hiver. Bleu du cœur. Bleu tout court.

Je ne vous le cacherai pas, chers lecteurs et lectrices. J’ai comme un petit vide, là en dedans, où mon âme s’isole parfois pour se ressourcer. Pour se protéger. Se reposer. Seule.

J’ai pris un temps d’arrêt pour réfléchir, pour regarder la prochaine année avec sagesse et détermination. De ce vide (et quelques exercices) sont nées des décisions, mais le passage à l’action se fait tarder. Procrastination, me direz-vous? Mais non, mais non. On dirait que le vide est trop plein. Il m’envahit. Voilà tout!  😉

Le vide. Est-ce si terrible? Peut-être ai-je besoin de ce vide, de ce manque d’illumination pour retrouver un certain équilibre? Comme cette brindille isolée.

J’ai les bleus. Et je crois que c’est très bien ainsi. Pourquoi faire semblant que tout est rose? Faire l’autruche à nos préoccupations, nier nos besoins et renier nos rêves ne mènent nulle part. Faut bien l’admettre. Sauf que…  j’ai besoin d’avoir les bleus. Le dire me fait du bien. Je me sens vrai. Vivante. Authentique. Même si le mot évoque tristesse et mélancolie.

Dans ces bleus profonds, voltigent ma liberté…

Je l’aide à prendre son envol. Regardez bien.

Bientôt elle s’envolera.

Merci à tous et toutes pour vos merveilleux vœux!

Chaque parole déposée ici est

comme une pierre précieuse à mon cœur.

Mille mercis!

😀 😀 😀

Autopsie d’une prise de vue et de son traitement

Novembre nous déroule son tapis gris avec ses paysages dénudés, un temps de grisaille et des flocons de neige par-ci par-là. Pas très chaleureux comme accueil. 😉   Que diriez-vous de rester bien au chaud devant votre écran,  un café ou un chocolat chaud fumant entre les mains, pendant que je vous dévoile un traitement d’image réalisé dernièrement?

Ça vous tente? Cool! Allons-y!

Samedi dernier, malgré la pluie, je décide d’aller me promener au Domaine du lac Gale, à Bromont. Là, vraiment, les feuilles ne sont plus dans les arbres, mais bien étalées par terre. 😉 Un froissement soyeux résonne sous mes pas. Toutefois, mon attention est attirée par le lac, je m’en approche et j’explore les bords de la rive.

Lorsque je remarque un rocher d’où s’élèvent deux petits arbres, je sais que j’ai trouvé mon sujet. Solide, le duo s’accroche vaillamment comme si leur vie en dépendait.  Et c’est sûrement le cas… Dans la brume blafarde et le clapotis de la pluie, baigne une atmosphère envoûtante. Je me sens bien. J’en oublie même mes doigts transis par le froid.

Je n’ai qu’un seul désir. Ramener à la maison cette essence, cette magie que je sens vibrer tout autour de moi.

Je commence par une série d’images pour voir le résultat.

J’analyse la scène tout en installant mon trépied. Je suis en contre-jour.  Humm… Si je ne fais pas attention, je risque de perdre les détails dans les ombres (très prononcées) et dans le ciel. Ce dernier est d’un blanc intense. Je sous-expose d’un cran (-1) pour ne pas cramer les hautes lumières. Et conserver ainsi le plus d’information possible au centre de mon histogramme, que je prends soin de vérifier après chaque prise de vue. 5 photos au total.

Remarque à moi-même : J’aurais pu prendre une exposition pour les ombres et une autre pour les hautes lumières et les fusionner manuellement dans photoshop. Ouais… Je n’y ai franchement pas pensé! D’ailleurs, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple. :mrgreen:

↓ Note : Puisque je photographie en RAW, j’ai plus de latitude que si j’étais en JPEG.

Fichier RAW – 20mm – ISO 250 – f16 – 1/6 – mesure spot -1

Côté composition : je ne pouvais me déplacer ni à gauche ni à droite sans omettre les branches qui auraient surchargé l’image.

Revenue à la maison, je traite mon image avec le logiciel de développement PhotomatixPro.

Traitement pseudo HDR à partir d’une seule image.

La subtilité  des ombres est rehaussée et le ciel est moins laiteux , quoiqu’un peu trop gris à mon goût. Une fois la photo traitée, je l’ouvre ensuite dans photoshop afin de peaufiner certaines parties de l’image.   Avec l’aide du logiciel Color Efex Pro 4, j’accentue les détails dans l’ombre du rocher et fait ressortir les arbres dans la forêt au loin.

Correction apportée marquée en rouge

Comme j’étais absorbée dans le processus de la composition, je n’ai pas remarqué les gouttes d’eau qui s’étaient déposées sur ma lentille. Mince! C’est ce qui crée les halos de lumière sur les troncs  – identifiés en rouge. (D’où l’importance de toujours vérifier son objectif lors de sortie sous la pluie! ) J’ai donc ajouté du contraste, parcimonieusement, afin d’atténuer les éclaboussures. (soupir)

anne jutras photographe granby bromont

Image Finale

Ensuite, j’ai éliminé quelques éléments qui nuisaient à la composition. Et pour finir, je lui ai donné une teinte de bleue. La photo n’est pas parfaite, selon mes goûts, mais elle représente bien l’atmosphère et l’émotion ressentie lorsque j’étais en forêt. Et puis, qu’on se le dise, la perfection n’existe pas. 😉

Merci pour vos généreux commentaires, c’est un plaisir de vous lire!

😀

PS : Si vous êtes curieux de voir comment se développe une image Pseudo HDR, voici un tutoriel vidéo intéressant.

Sortir du lit et transformer son samedi matin

L’esprit embrumé de sommeil, j’ouvre un œil et j’étire le bras vers mon téléphone portable afin de regarder l’heure. 6h48. Je sors du lit et descends à la salle de bain. En passant devant la fenêtre, je jette un coup à l’extérieur. Mes yeux s’agrandissent.

La brume masque l’horizon. Dans le brouillard de mon esprit (encore endormi) émerge un mot:

Photo…

J’ai rarement eu l’occasion de faire de la photo dans la brume. Perdue dans mes réflexions, je soulage ma vessie et retourne sous les draps. Chéri dort paisiblement. Je suis tentée de me blottir près de lui pour sentir la chaleur de sa peau. Très tentant!

La brume, elle, m’invite à sortir du lit.

Je n’arrive plus à fermer l’œil. Mon esprit n’est plus ici, il vogue vers des paysages mythiques enveloppés de brume matinale.

C’est décidé, je pars faire de la photo!

♥ ♥ ♥

♥ ♥ ♥

Comment créer un effet étoilé?

Mercredi-techno~

Voilà une question qui m’est souvent posée.  Les gens se demandent s’il y a utilisation de filtre, ou d’effet photoshop. Rien de tout cela. Le truc est simple et je vais tout vous dévoilez!

anne jutras photographe

Ainsi, pour obtenir un effet étoilé fermez le diaphragme de votre objectif  à f16 et même davantage. Pour accentuer le look, repérez l’arête d’un objet, et placez le soleil à cet endroit précis.

Comme un tronc d’arbre. ↑

Ou encore la cime d’une montagne.  ↓

anne jutra photographe

Le rebord d’un édifice est parfait aussi. ↓

anne jutras photographe

Un petit truc, puisque vous êtes face au soleil, corrigez votre exposition de +1 afin d’éviter une image sous-exposée, car par défaut, le posemètre de votre appareil ramènera la scène à une valeur de gris moyen, soit à 18%.  C’est pour cette raison que les paysages d’hiver apparaissent souvent gris, donc légèrement sous-exposés, ou les noirs légèrement délavés.

Pour ceux et celles qui veulent pousser  leur lecture sur ce sujet, voici un lien intéressant, [ici ] or [here]

anne jutras photographe

 ↑ Un petit coup de flash aide à déboucher les ombres. ↑

anne jutras photographe

Voilà! C’est pas plus sorcier que ça. 😉

En vous souhaitant plein de clins d’oeil étoilés!

Vous voulez poursuivre votre lecture? Voici quelques suggestions :

Mesure de la lumière : quel mode choisir?

Éclaicir ou assombrir un sujet

Faut-il aller au bout du monde pour faire de la belle photo?

Comment réussir vos photos à l’intérieur?

10 trucs pour réussir vos photos (entre deux saisons)

8 Pistes créatives

Comment photographier un paysage banal en un paysage splendide?

 La photo nous apprend à regarder non seulement avec nos yeux mais aussi avec notre sensibilité, avec notre coeur… Mary

Vous arrive-t-il de vous dire qu’il n’y a rien à photographier près de chez vous? Que le paysage est terne et moche sans attrait? Vous avez beau vous appliquez à réciter des pensées positives à la «Joseph Murphy »pour vous convaincre du contraire, la magie n’opère pas.

Je vais vous dévoiler un petit secret… La lumière fait toute la différence. Vous le saviez déjà? Ah, zut alors, moi qui pensais vous apprendre quelque chose! 😉

anne jutras, bromont, quebec, canada

20mmf2.8 – ISO 200 – f16 – 1/50 – mesure pondérée centrale +1

Trêve de plaisanterie, la lumière peut transformer un paysage quelconque en un endroit splendide. Particulièrement, celle du matin. L’aurore, entre autres, génère des couleurs uniques dans le ciel, et vous disposez d’une demi heure, chrono, avant le lever du soleil, pour saisir cet instant.

Vous arrivez trop tard? Bah, c’est pas grave! Il vous restent encore deux heures de belles lumières. Aussi bien en profiter, puisque vous vous êtes lever tôt… 😉

anne jutras, bromont, quebec, canada

170mm – ISO250 – f11 – 1/30 – mesure spot

Ainsi, les deux heures suivantes s’ouvrent sur d’excellents moments pour photographier vos paysages « banals ». D’ailleurs, je parie que vous ne les reconnaîtrez pas. La grange ordinaire ou la ruelle sans intérêt se dévoileront sous un nouveau jour.

Parole de photographe. 😀

anne jutras, bromont, quebec, canada

18mm – ISO200 – f11 -1/100 – mesure multizone +0,67

Vous n’êtes pas un lève-tôt? Pas de problème.

Allez vous balader,  emprunter les routes ou les trottoirs de votre cartier deux heures avant que le soleil ne quitte le ciel. Ne perdez pas de temps à vous questionner sur la direction à prendre, partez! Deux heures, c’est vite passé.

anne jutras, bromont, quebec, canada

50mm1.8 – SO250 – F2.2 – 1/200 – mesure pondérée centrale

Laissez votre regard pénétrer votre environnement. Laissez les lignes, les formes, les ombres, les textures et la lumière venir à vous. Et saisissez toute la sensibilité qui émane autour de vous et en vous.

Laissez ce moment unique devenir une image à jamais transformée par votre regard.

Petit exercice de la semaine

Pratiquez-vous à observer les scènes qui peuplent votre quotidien. Prenez note des endroits qui semblent intéressants. Et donnez-vous comme mission d’y retourner avec votre appareil photo dans les plages de temps mentionnez ci-haut.

Vous m’en donnerez des nouvelles.

Merci de vous intéresser à mon blogue et d’y laisser votre opinion. Votre feed-back est important pour moi!